Voila pour la seconde année consécutive que la version française dI Love Techno a encore fait vibrer plus d’une personne. Il est vrai qu’avec l’excellent niveau que les versions belges ont pu nous offrir durant toutes ces années, il est encore difficile de rivaliser.
Cependant, nous ne pouvions nous arrêter là. Romain, Benco, Johan, tous trois amateurs et férus de cette musique électronique, aux rythmes envoûtants et aux ondes doucereuses et hypnotiques qu’elle dégage, avons décidé de faire nos valises et d’aller voir de nos propres yeux ce que cette 6ème édition de I LOVE TECHNO allait nous procurer comme frissons et ainsi assister au live de cette mélodie finement orchestrée et modulée par certaines des plus grosses têtes d’affiche de la scène électronique actuelle et qui nous transporte sans mal jusqu’au levé du jour. Et croyez-nous, ça en valait plus que le détour !

15418358_1229911600399134_388370263660904353_o

Hébergés dans l’énorme parc des expositions de Perols, c’est avec non loin de 10 000 festivaliers et joyeux lurons venus des quatre coins du monde que nous nous sommes donnés rendez-vous dans ses enceintes afin d’en profiter pleinement. Afin de faciliter l’accès pour les personnes qui étaient logées dans d’autres lieux, la société de transports de Montpellier a pu mettre en place un ticket au tarif de 2 euros et des transports toute la nuit pour s’y rendre. Bus, tramway… Tout était fait pour nous faciliter la tâche !
Réparti sur 4 hangars principaux (Red, Blue, Green & Purple Room) agrémenté d‘une petite dizaine de food trucks et de bars répartis dans le parc, c’est plus de 18 artistes de classe internationale que nous sommes prêt à rencontrer et à subir le courroux musical.
La file d’attente est remarquablement rapide au vue du nombre de personne, ce qui n’est pas pour nous déplaire !” nous confirme Romain.

C’est dedans que nous tous, amateurs de Techno, avons su trouver nos voies, >aussi différentes soient-elles, dans ce festival. La Red Room avec une programmation Techno assez musclée, la Blue, avec ses charmes « Minimal-istiques » , la Green Room pour les oreilles légèrement plus sensible, et enfin la Purple Room, dans laquelle l’on pouvait s’octroyer les fameuses cartes Cashless et où les gagnants du DJ Contest organisé en partenariat avec Dernier Cri se produisaient.

Le grand succès de cet ILT reste sa fameuse Red Room, qui par la composition de la Line-UP des artistes qui s’y sont produit, a su ramener bon nombre de ses adeptes a venir s’échauffer devant ses enceintes. Une scène excellemment bien maitrisée avec une très grande surface d’accueil et une sono très bien répartie. Et quoi de mieux d’ouvrir un tel bal qu’avec un excellent set des locaux Cosmic Boys, qui ont le mérite d’être parvenu à lancer cette scène comme il se doit. S’en est directement suivi d’un second excellent duo, italien cette fois-ci : Mind Against, qui ont su reprendre le rythme et nous conduire dans leur monde. C’est à partir de là que les choses se compliquent pour la Red Room, l’entrée en scène de Recondite a littéralement fait vibrer toute la salle avec l’une de ses prochaines releases et a maintenu le niveau durant tout le reste de son Live ! Et ce n’est pas avec les artistes suivants que la température s’est mise à chuter, loin de là. Maceo Plex nous a lâché “un set de fou furieux de quasi 2h” nous fait part Johan, et Romain de nous dire «Comme à son habitude, il nous délivre un set éclectique et mélodique, qui monte en puissance jusqu’aux derniers instants.» .Et suivi par notre grand Laurent Garnier national qui nous a également plus que régalé. C’est donc dans une salle chauffée à bloc qu’arrive Laurent Garnier, digne représentant de la techno française. Dans une salle comblée, le « papa » comme l’appelle Johan, nous propose un set puissant comme il sait si bien les faire, mêlant harmonie et énergie. «Lolo ne déçoit jamais», souligne un de nos amis.15578344_1239647099425584_3140059097605126343_o Et pour finir et nous finir en beauté, un B2B de 2h30 sorti tout droit des enfers Marcel Dettmann et Ben Klock si bien concocté. Inutile de dire que les deux artistes allemands délivrent un set techno survolté qui finit d’achever de plaisir le public de la Red Room, en nous offrant à la fin de leur set un classique de Vitalic comme un clin d’oeil à l’artiste qui se produisant sur une autre scène.


Du côté de la Green Room, c’est un ODC live de Vitalic qui répand ses ondes mélodiques et nous montre un très beau spectacle visuel. Et nous ne sommes pas déçus ! Sur une performance live mêlant des titres de son nouvel album et d’anciens classiques qui ont fait sa renommée, le show visuel est à coupler le souffle. Un magnifique jeu de lumières avec des néons qui illuminent l’artiste… «La salle est devenue rapidement hystérique» nous confirme Romain.

 

S’en suit de Worakls, qui nous fait profiter de ses plus grands titres, mais aussi quelques unes de ses futures releases que du coup nous attendons tous ! Puis, l’un des parrains de la techno, tout droit venu de Hollande, Dave Clarke, prend les platines. Un set très rythmé comme on les aime et surprenant à la fois ! On le voit qui s’amuse avec ses jogs et inclut quelques éléments de scratch dans son mix, pour notre plus grand plaisir. «La prise de risque est énorme et le public réagit très bien à son set.» note Romain

Bien évidement, la Blue Room a très bien su elle aussi répandre ses ondes mélodiques avec d’autres excellentes performances.
En sommes, c’est tout le parc des expositions de Perols qui était sous l’emprise endiablée de la musique. Toute les zones étaient occupées par des aficionados, aussi bien les food trucks, les tables, que l’étrange mais néanmoins surprenant bar-dansant extérieur qui valait plus que le détour.


Notre avis:
D’après les retours et le vécu sur place, ce festival est une réussite, comme quasiment l’intégralité de ses éditions et a encore une fois réussi à glaner et à allier un très large éventail de technofiles aux goûts et aux provenance plus que variés.Si l’on voulait être hyper-pointilleux, on vous dirait que le manque de personnel se fait quelque peu ressentir au niveau des vestiaires et des bars, ce qui peu s’avérer contraignant si l’on veut profiter pleinement du set des artistes ou pour les plus pressés d’entre nous. Nous noterons aussi l’heure de passage de Mind Against et Recondite (respectivement 20h30 et 22h) un peu trop tôt à notre goût pour de si belles têtes d’affiche. Nous remercions le festival d’avoir mis en place une scène sur laquelle les fans de Bass Music ont pu voir se produire des artistes tels que Comah ou Black Sun Empire !

Finalement, c’est ça qu’on aime tous, se réunir autour d’une passion commune, la vivre et la faire vivre ensemble ! On se donne rendez-vous pour la prochaine édition qui est d’ores et déjà programmée pour le samedi 17 Décembre 2017, en espérant vous y voir plus que nombreux !!

Crédits photos : I Love Techno

Merci aussi à Hugo pour sa contribution et son expertise technique de technophile aguéri 🙂